La Polyclinique de l’Ormeau propose une filière de cardiologie complète qui comprend la cardiologie et la rythmologie interventionnelles, avec une unité de soins intensifs, une unité d’hospitalisation et une unité de soins de suite et de réadaptation (SSR) cardiologique. En place depuis près de 10 ans, cette offre évite aux patients des déplacements vers des établissements hospitaliers plus éloignés.

La Polyclinique de l’Ormeau est un des rares établissements de Midi-Pyrénées qui dispose simultanément d’une autorisation en cardiologie et rythmologie interventionnelles. L’octroi de ces autorisations sous-entend de pouvoir assurer une permanence des soins, notamment en cardiologie interventionnelle et d’autre part d’avoir un volume d’activité suffisant et répondre aux seuils imposés.

Enfin, la polyclinique est le seul établissement du département et l’un des rares de la région, à détenir une autorisation de SSR cardiologique. Il s’agit d‘une unité d’accueil de jour de rééducation cardiaque adaptée aux patients coronariens et insuffisants cardiaques. Cette unité de rééducation permet aux patients de rentrer chez eux le soir avec des consignes spécifiques et de bénéficier d’une récupération plus rapide. En place depuis trois ans, les résultats de l’amélioration de la qualité de vie des patients, de leurs capacités fonctionnelles et de leur bien-être psychologique sont remarquables.

La polyclinique travaille en réseau avec les établissements de recours en chirurgie cardiaque/cardiologie interventionnelle de la région Midi-Pyrénées. Des séances de travail par télémédecine permettent de discuter des dossiers des patients en concertation médico-chirurgicale.

Prise en charge cardiaque immédiate dès les urgences

Sur les 10 000 urgences accueillies par la clinique chaque année, 30% concernent la cardiologie. La prise en charge est immédiate. Le patient est confié directement à l’équipe du service de cardiologie qui l’oriente dans les différents parcours, suivant son état : au bloc opératoire interventionnel pour y subir une coronarographie, la pose d’une pile ; en unité de soins intensifs pour la surveillance immédiate scopée ; en unité d’hospitalisation pour la prise en charge d’une insuffisance cardiaque, selon l’évolution du patient. En 2015, la polyclinique a admis 224 patients pour un syndrome coronarien aigu.

Une permanence des soins assurée

Cinq médecins spécialisés en cardiologie interventionnelle, une équipe d’anesthésistes et une infirmière d’astreinte assurent la permanence des soins, 24h/24 et 365 jours par an, en salle de cardiologie interventionnelle. La polyclinique, dans le cadre du schéma départemental SAMU 65, assure en plus de ses propres urgences, la permanence des soins départementale des urgences coronariennes en alternance une semaine sur deux avec le Centre Hospitalier de Tarbes.

Rythmologie interventionnelle : un champ d’activité rare

Alors que les spécialistes sont peu nombreux sur le territoire, deux médecins cardiologues spécialistes en rythmologie interventionnelle assurent à la polyclinique les ablations de flutter auriculaire, les poses de stimulateurs multi-sites ou défibrillateurs implantables.

La polyclinique a développé depuis des années une filière de traitement de l’insuffisance cardiaque, dont elle assure la partie soins.

Une unité de soins thérapeutiques pour les insuffisants cardiaques

La polyclinique dispose d’une autorisation spéciale d’éducation thérapeutique dans le cadre du programme ETIC élaboré par la région Midi-Pyrénées. Elle assure ainsi sa mission de prévention tout en veillant au devenir du patient. Ce programme en trois temps s’étale sur une journée et propose aux patients des conseils d’experts sur leur pathologie cardiaque, la nutrition, l’hygiène de vie et la pratique d’activité physique malgré la maladie.

La polyclinique est partenaire de la Fédération française de cardiologie qui propose des activités physiques aux patients après la rééducation. Le club Cœur et Santé de Tarbes compte en effet plus de 100 membres. Par ailleurs, la clinique propose des consultations pour le sevrage tabagique.

Dr Thierry Béard, cardiologue, et Anne Pinel, directrice des soins